L’association

Association Loi de 1901, déclarée à la Préfecture de la Gironde en 1980 déclarée au titre d’organisme de formation continue (n° 723 300 309 33)

Fondateur & didacticien,
Chargé des relations internationales :

Jean-Marie ROBINE

Directeur : Pierre-Yves Goriaux

Directrice-adjointe : Dominique MICHEL

Assistante de direction : Béatrice BORDARAUD

Assistante Exprimerie : Julie ALEXANDRE

Département éditions - L’exprimerie : Jean-Marie ROBINE

Responsable du fonds documentaire : Igor SOLLOGOUB

Conseiller technique et pédagogique : Brigitte LAPEYRONNIE-ROBINE

Département Champ Psy - Sensibilisation & Formations intra-institutionnelles : Dominique MICHEL

Agréments

L’IFGT est agréé en tant qu’Institut de formation de psycho-thérapeutes par :

- l’Association Fédérative Française des Organismes de Psychothérapie (AFFOP)
- Le SNPPsy, Syndicat National des Praticiens de la Psychothérapie Collège Européen de Gestalt-Therapie
- le Collège Européen de Gestalt-thérapie
- l’EAGT, Association Européenne de Gestalt-thérapie (en processus d’agrément)

Déontologie

Les formateurs et les membres de l’IFGT sont engagés par les Codes de Déontologie de la profession (SNPPsy, AFFOP et Collège Européen de Gestalt-thérapie).

Quarante ans...

L’Institut Français de Gestalt-thérapie, la plus ancienne des institutions françaises de gestalt-thérapie, fête cette année son 40° anniversaire. Ce sont ainsi 60 promotions de gestalt-thérapeutes qui ont été animées sous la responsabilité de l’IFGT, dont 40 en France et plus d’une vingtaine à l’étranger.
Pour évoquer l’influence de l’IFGT pendant ces 40 années, il faudrait également mentionner le grand nombre de pays dans lesquels un membre de l’équipe a été amené à intervenir avec plus ou moins de régularité.
La création de l’Exprimerie, département édition de l’IFGT, a permis de mettre à la disposition de la communauté - et au delà - plus d’une quarantaine d’ouvrages originaux ou de traductions, ainsi que plus de 150 brochures. Les livres et articles ont été traduits dans de nombreuses langues - et certains font désormais partie des textes fondamentaux utilisés par de nombreux Instituts pour la formation des gestalt-thérapeutes.

Aujourd’hui, ce sont les Pouvoirs Publics et la loi parue le 20 mai 2010 (article 52 de la loi du 9 août 2004) qui règlementent le titre de psychothérapeute. Loin d’être satisfaisante, cette réglementation du titre de psychothérapeute est exclusivement basée sur des connaissances universitaires qui, pour indispensables qu’elles soient, restent pour nous bien en deçà des exigences que la profession s’est donnée par l’intermédiaire des organisations professionnelles auxquelles adhère l’IFGT et qu’il a d’ailleurs contribué à créer (Affop, Snppsy, Collège Européen de Gestalt-thérapie, Association Européenne de Gestalt-thérapie) :
• une psychothérapie ou psychanalyse personnelle approfondie
• une formation pratique et théorique de haut niveau
• une supervision systématique de la pratique professionnelle
• le respect d’un code de déontologie
• une reconnaissance de la qualité professionnelle par des pairs

Ces exigences, ajoutées à celles de la loi, sont pour nous indispensables pour tous les praticiens de la psychothérapie qui prennent en compte les mouvements affectifs apparaissant dans la relation psychothérapeutique.

En 40 ans, nous avons aussi pu nous rendre compte de l’ampleur d’une crise du lien social, de la famille, de l’emploi. Les risques psychosociaux sont maintenant bien reconnus. Les salariés travaillant en contact avec le public subissent plus souvent que les autres des contraintes émotionnelles importantes. Au bout de cette chaîne, nous savons que cela n’est pas sans effet sur le processus de développement des enfants et des adolescents. Nous avons peu à peu pris conscience que le cabinet de psychothérapie n’est plus le seul lieu de soin psychique, voire psychosocial, et qu’un engagement au plus près des liens sociaux devait se faire sur le terrain auprès des travailleurs sociaux, des enseignants, des intervenants du secteur sanitaire et social.

Celles et ceux qui œuvrent dans ce contexte sont amenés à travailler de plus en plus dans l’urgence et à faire face aux angoisses et aux conflits de leur public. Par ailleurs, ces professionnels ne sont pas eux-mêmes à l’abri de ces mutations et de leurs effets. Dans ces conditions, les savoirs et savoir-faire traditionnels s’avèrent parfois insuffisants. Les institutions elles–mêmes reflètent cette souffrance qui circule et elles ont également besoin d’être soutenues.
Nous savons d’ores et déjà que la profession de gestalt-thérapeute, telle que nous la pratiquons et telle que nous y préparons nos étudiants, continuera à offrir au public, professionnels et usagers, le service de qualité que nous lui rendons depuis plus de 40 ans.

Pierre-Yves GORIAUX
directeur de l’IFGT